Colocation quinqua : comment se lancer ?

La colocation vous en avez entendu parler, plutôt en bien, par vos enfants ou vos neveux et nièces. Loin d’avoir ses lettres de noblesse vous pensez plutôt que c’est un exercice dédié aux jeunes fougueux qui souhaitent des mètres carré en plus pour leurs fêtes endiablées ?

Si cette réalité peut exister encore aujourd’hui, elle est pourtant loin d’être la vaste majorité des colocataires en France. Plus de la moitié des colocataires sont des actifs aujourd’hui. La colocation devient donc un nouvel art de vivre à destination des adultes, loin des clichés véhiculés historiquement.

personne qui vit en colocation quinqua

Pourquoi à 50 ans rien ne vaut la colocation ?

Voici donc les 4 raisons factuelles pour lesquelles vous ne pourrez plus vous passer du bonheur de vivre en colocation :

– Tout d’abord, la colocation permet d’avoir, à la maison, un(e) ami(e) avec qui vivre ses hobbies. Finis le cinéma tout(e) seul(e) (ou pas de cinéma) vous partagez ces bons moments ensemble et discutez de la qualité du film, à table, le soir en rentrant.

– Autre point crucial votre confort de vie est décuplé. Si vous vivez dans un logement individuel : votre logement est plus grand en colocation. Et si vous viviez dans un logement déjà spacieux : vos dépenses baissent car vous en partagez le coût.

– La colocation permet de supprimer le sentiment de solitude. Vous le connaissez peut-être : cette tristesse de rentrer chez soi le soir quand on sait qu’on passera la soirée seul(e) avec son repas et la télé. Avec la colocation, les repas sont partagés quand on le souhaite et il est possible de passer certaines soirées ensemble. Rien de tel pour passer un moment convivial en toute simplicité.

– Enfin, avec la colocation c’est l’occasion idéale pour rendre ses enfants fiers. Vivre en colocation c’est moderne et dynamique : vous allez les bluffer !

maison pour vie en colocation quinqua

Quels sont les points importants pour une colocation qui fonctionne ?

Pour que votre projet de colocation se déroule dans les meilleures conditions, il est crucial de prendre le temps de vous assurer que les points suivants ont été soigneusement anticipés.

Tout d’abord, le choix des personnes avec qui vous allez habituer est primordial. Il faut également noter que c’est souvent la rencontre de la bonne personne qui vous fera décider fermement de vivre en colocation et pas l’inverse. Trouver une personne avec qui on a envie d’habiter et avec qui on projette un entente amicale paisible reste le point le plus important. Pour vous assurer que vous rencontrez la personne qui vous correspond, il vous faut échanger sur les sujets suivants : 

Tout d’abord les aspects de personnalité (à 50 ans, on est plutôt lucides sur nos forces et nos points à améliorer. Profitez-en pour être réciproquement très transparents, cela donne encore plus de chances à votre colocation de fonctionner)

– Dans un second temps, parlez de vos attentes dans ce projet de colocation : attendez-vous plutôt de la convivialité ou beaucoup d’indépendance pour chacun ?

Autre point très important le logement. Tous les logements ne sont pas forcement adaptés à la colocation. Il est primordial de vous assurer que le logement permet un respect de l’intimité de chacun tout en favorisant la convivialité et le vivre ensemble. Par exemple, évitez les chambres en enfilades, les appartements mal insonorisés, les salles de bain avec un accès par l’une des chambres seulement, ou les appartements dont les pièces à vivre sont microscopiques.

Enfin le dernier point qui garantira le succès de votre projet de colocation, c’est la charte de vie commune. Vous me direz : c’est un peu scolaire ! Et bien détrompez-vous, c’est même incontournable. Vous vous en rendrez compte en l’écrivant. De quoi doit parler votre charte ? 

De nombreux sujets doivent être abordés :

– La vie sociale : quelles règles ou absence de règles, vous donnez vous pour recevoir des personnes extérieures dans votre logement ? a quelle fréquence ? faut-il avertir l’autre ?

– La vie amoureuse : est-il possible de recevoir son ami(e) ou son (sa) conquête d’un soir ? Si oui à quelle fréquence ?

– Les enfants : vos enfants ne vivent peut-être plus chez vous à ce jour, mais il n’en reste pas moins vrai qu’ils auront plaisir à venir vous voir dans votre colocation. Il faut donc réfléchir au fonctionnement idéal pour que le rythme de visite de vos enfants et des enfants de votre colocataire vous convienne réciproquement et ne soit pas source de frustration.

– Enfin loin d’être négligeable la logistique du quotidien pourrait être source de conflits, il est donc très important d’anticiper le sujet en amont : comment fonctionner pour les courses (en commun ou chacun de son côté) les repas sont-ils pris en commun ? quelle organisation pour le ménage ? 

Rédigez par la suite la liste des quelques règles à respecter pour assurer un vivre ensemble qui vous épanouisse et vous réjouisse.

chien qui se repose dans une colocation quinqua

Comment se lancer quand on souhaite vivre en colocation ?

C’est très simple et cela dépend dans un premier temps de votre situation immobilière : avez-vous déjà un appartement ? si oui être vous propriétaire ou locataire ?

Si vous vivez déjà dans un appartement dont vous êtes propriétaire et qui pourrait accueillir un ou plusieurs colocataires : c’est la situation la plus simple. Il vous suffit simplement de dépersonnaliser ces pièces et de chercher les colocataires pour vivre avec vous. Le bail sera un bail meublé pour chacune des chambres. (et n’oubliez pas d’informer votre assureur et de vous assurer que votre sous locataire est également couvert)

Si vous vivez dans un appartement en location suffisamment grand pour faire une colocation il est possible pour vous de sous-louer certaines chambres avec l’accord de votre propriétaire. L’idéal reste d’établir un contrat de sous-location avec vos sous-locataires.

Si vous n’avez pas d’appartement ou qu’il est trop petit : deux solutions s’offrent à vous. 

Tout d’abord, vous pouvez rejoindre une colocation existante. Cette idée-là est confortable, car elle permet de ne pas avoir à chercher de bien immobilier (partie qui peut être relativement chronophage selon votre recherche). En revanche, cela vous oblige à vous adapter à la charte de vie déjà en place dans la colocation. Il est plus difficile de transformer les règles auprès de personnes qui vivent déjà de cette façon parfois depuis plusieurs mois.

Autre solution, la plus simple pour vivre votre expérience de la colocation : créer vous-même votre colocation en choisissant vous-même la bonne personne et en sélectionnant l’appartement qui correspond à vos attentes.

Si cet exercice vous semble difficile à faire seul, inscrivez-vous à notre newsletter plus bas pour recevoir notre livre de la colocation et intégrer la communauté Easy Sweet Home. Nous vous aiderons à rencontrer les personnes qui vous correspondent.

Et si vous êtes toujours réticent ?

Si vous hésitez encore voici deux témoignages de colocataire quinqua :

Dominique a 56 ans et a commencé la colocation il y a deux ans, lorsque ses enfants sont partis. Parce qu’elle « déprimait », « passait son temps à dormir », l’idée lui est venue de mettre une annonce sur Internet. (source)

« Mes revenus ne sont pas énormes, justifie Françoise, écrivaine divorcée de 56 ans, qui s’installe à Paris avec un vieux copain, Bruno, 54 ans, éditeur. J’en avais assez de vivre dans un mouchoir de poche. » (source)


Et le regard des autres ? Gardez à l’esprit également qu’1 Français sur 2 pense que la colocation est une solution séduisante et/ou d’avenir (étude CAS pour Guy Hoquet 2014). 

Alors si vous souhaitez écrire l’avenir : lancez-vous !