Colocation avec un parent : se lancer

Vivre en colocation avec un parent, c’est-à-dire en famille : cela vous semble bizarre ? Et pourtant, c’est totalement possible. Notamment au regard de la loi.

Colocation avec un parent, c’est à dire ?

Vous pouvez donc tout à fait vivre en colocation avec votre maman, votre frère, votre sœur, ou vos enfants. La notion de colocation est établie dès que lors que chaque personne est majeure et paie sa part du loyer.

Quels sont les avantages à réaliser une colocation avec un membre de sa famille plutôt qu’un parfait étranger ? 

– Tout d’abord on connait parfaitement l’autre. Sauf exceptions, vous avez déjà vécu de longues années ensemble et vous maîtrisez sur le bout des doigts les forces et les défauts de chacun. Pas de surprise !
– Autre point positif : la mise en place de la vie commune est simplifiée. Pour les mêmes raisons de connaissance reciproque, vous avez déjà une routine de vie installée et vous connaissez les habitudes de l’autre. Il est donc plus simple de « revivre » ensemble. Vous savez parfaitement à quoi vous attendre.
– Enfin la gestion des visites de la famille, des enfants, des frères et sœurs est amplement simplifiée car étant de la même famille vous profitez tous deux de cette visite. Votre appartement peut même (si cela vous motive) devenir le lieu de RDV privilégié de votre famille proche. Plus besoin de vous déplacer !

Aux côtés de tous ces avantages, il existe cependant quelques inconvénients à noter. Rien d’insurmontable en revanche, ces points sont simplement de sujets à évoquer en amont si vous souhaitez que tout se passe pour le mieux. L’anticipation et la communication seront la clé du succès de votre colocation.

– Tout d’abord, la gestion de la vie amoureuse peut être plus complexe. Par pudeur et pas respect il est évidemment plus complexe de faire venir une conquête d’un soir à la maison quand on le partage avec son père ou avec sa sœur. (et ne parlons pas du cas où on le partage avec ses enfants – même grands !). Évoquer le sujet en amont peut permettre de poser les bonnes limites voir de dédramatiser le sujet. Cela permet à chacun d’être lucide sur les choses à faire et à ne pas faire.
– Autre point à évoquer en amont : la vie sociale. Au delà des relations familiale, vous avez respectivement un réseau social amical et vous aurez certainement envie de les inviter chez vous. Discutez en amont de la fréquence maximum acceptable pour recevoir des amis ou des horaires à respecter (notamment en semaine). Cela vous évitera de passer toutes vos soirées avec les amis de votre fils devant la console (même à 30 ans, oui oui !) ou de ne pas réussir à dormir, car les amis de votre père, retraités, discutent bruyant dans le salon.

– Enfin, évoquez les sujets logistiques : le fonctionnement pour les courses (communes ou séparés), le paiement des charges, la répartition du ménage. Poser des règles simples et claires, permet de désamorcer de potentielles zones de frictions à venir. Pourquoi s’en priver ?

Concrètement pour le logement ?

Votre décision est prise ? Vous souhaitez faire une Colocation avec un parent ? Il vous manque maintenant une partie très importante de l’équation : le logement.

Dans ce cas, plusieurs solutions s’offrent à vous : 

Si vous être propriétaire et habitez dans le logement vous pouvez tout à fait louer en meublé à votre parent une partie de votre bien immobilier. Il faut dans ce cas réaliser un bail meublé.
– Si vous êtes à l’inverse locataire de l’appartement où vous habitez : vous pouvez tout à fait légalement sous-louer une partie de votre bien immobilier. Il faut pour cela demander l’autorisation au propriétaire et nous vous recommandons de signer un contrat de sous-location. Attention, vous restez seul redevable du loyer si votre parent sous-locataire ne paye plus. Une autre solution également de demander au propriétaire de réécrire le bail à vos deux noms. Cette solution offre l’avantage de vous permettre de solliciter les aides au logement de l’état si vous êtes éligibles.
– Une autre solution consiste à créer ensemble votre nouveau foyer en cherchant, puis louant, un nouveau logement à deux. Le bail sera un bail de colocation solidaire ou non. 
– Enfin, une dernière solution, plus onéreuse, mais plus rentable à long terme, est d’acheter ensemble un bien immobilier.

un appartement pour une colocation avec un parent paisible

Si trouver l’appartement vous semble difficile à faire seul : inscrivez-vous plus bas à notre newsletter pour recevoir notre livre de la colocation et intégrer la communauté Easy Sweet Home : nous vous aiderons à trouver l’appartement qui vous convient.

Quel régime pour la CAF et les aides au logement ?

une maman et sa fille qui vivent en colocation avec un parent

Concernant la CAF, il est primordial d’avoir en tête dans un premier temps la différence entre la Colocation avec un parent (notamment) et la cohabitation.

Pour la cohabitation (selon la CAF) : les deux personnes vivent en couple et occupent le même logement. Elles ne transmettent à la CAF qu’une seule demande d’aide au logement et le calcul de l’aide se fera sur les revenus des deux personnes.

À l’inverse dans le cas d’une colocation : les personnes partagent le même logement, mais ne vivent pas en couple. Chaque personne doit être titulaire d’un contrat de location ou doit être mentionnée sur le contrat de bail de colocation. Ainsi auprès de la caisse, chacun des locataires remplit séparément sa demande d’aide au logement. Les calculs se feront à la fois selon les revenus de la personne qui sollicite l’aide au logement (et uniquement) mais aussi selon la part de loyer que cette personne paye. 

La question se pose fréquemment est la suivante : avec la colocation avons-nous accès aux aides au logement ?

Et bien oui ! Il est toujours à fait possible de recevoir une aide au logement de la CAF tout en vivant en colocation avec un parent. Il ne faut cependant pas que votre parent, ou vous-même, soyez le bailleur. Ainsi, si vous louez ou sous-louez vous même une partie d’un bien immobilier à votre parent vous n’est pas éligible. Mais à l’inverse, si vous êtes conjointement locataires d’un bien : vous devenez éligibles.

Quoi qu’il en soit dans tous les cas le meilleure conseil à vous apporter est évidemment d’aller directement faire une simulation en ligne sur le site de la CAF.

Extrait du site de la CAF sur Règles de demande d’une aide au logement (source)

La colocation correspond au partage d’un appartement entre plusieurs personnes ne vivant pas en couple. Si vous êtes dans cette situation, le nom de chacun des colocataires doit figurer sur le contrat de location ou vous devez disposer de baux distincts pour pouvoir bénéficier de l’aide au logement. Chaque colocataire devra faire une demande d’aide en déclarant ses revenus personnels. Le calcul de l’aide au logement tient compte de la part de loyer versée par chacun.